• Wim Wenders à Düsseldorf

    Si comme moi, vous êtes plutôt un animal à sang froid, qui préfère les étés frais ou tempérés à la canicule, pendant vos vacances, vous pouvez diriger vos pas vers Düsseldorf.

    Les bords du Rhin y sont fort animés et festifs, en particulier le soir. En quelques centaines de mètres, on passe devant la « sainte famille », surnom donné aux trois immeubles créées par Franck Gehry, devant la Rhine Tower, mais aussi trois lieux célébrant l'art et les artistes : Kunst im Tunnel, le Musée d’art de Rhénanie-du-Nord-Westphalie K20 et le Museum Kunstpalast.

    Même si tous ces sites méritent le détour, j'ai souhaité attirer votre attention sur le dernier cité. Vaste espace constitué de plusieurs bâtiments, il accueille cet été 4 expositions.

    L'une d'entre elles qui a retenu spécialement mon attention.

    Intitulée :

    4 REAL & TRUE 2 - Wim Wenders. Landscapes. Photographs,

     elle présente 79 photographies de très grande taille réalisée par Wim Wenders.

     

    Wim Wenders au Kunstpalast de Düsseldorf

    Natif de Düsseldorf en 1945 et ayant réalisé une partie de ses études d'art dans cette ville, il a souhaité fêter ainsi son soixante dixième anniversaire. On connaît bien son travail de cinéaste. Son goût pour la photographie et ses talents de photographe sont moins connus (de moi !!!!).

     

    Certes le film « Le sel de la terre » qu'il a réalisé et présenté à Cannes en 2014 avec Juliano Ribeiro Salgado témoignait, à travers ce portait du photographe brésilien (co réalisateur du film) de son attachement profond à la photographie.

     Mais la proposition qu'il fait à Düsseldorf est de toute autre nature.

     

    Wim Wenders au Kunstpalast de Düsseldorf

    Ces 70 images proposent un regard sur un monde (que Wenders n'a cessé de parcourir et de décrire) dans lequel les humains n'apparaissent quasiment plus que pour les traces qu'ils ont laissé, tel cet amoncellement d'ordure qui apparaît au premier plan de cette image du Mont des Oliviers (haut lieu de l'histoire de la chrétienté) à Jérusalem.

    Toutefois, il ne s'agit pas d'un manifeste, mais bien de propositions de rencontres avec des lieux, des moments de l'histoire et de l'histoire de sa relation personnelle avec la planète.

    Pas d'effets, pas de trucs ou astuces numériques dans ces images, seulement, par une maîtrise absolue des outils qu'il utilise, une série d'images ou le « flou » est absent, comme si chacune d'elle avait été faite au scanner ….

    Face à des photographies, on se pose souvent la question de leur "dynamique", de leur capacité à suggérer le mouvement dans le temps ou dans l'espace. Ici, j'ai eu, devant chacune d'elle, l'impression que le temps s'était arrêté pour m'offrir le loisir  d'en mesurer le poids et le sens.

     

    Bref, je ne suis ni critique d'art, ni journaliste spécialisé. Mais vous comprendrez que j'ai été profondément touché par cette proposition au point de ne pas arriver à me retenir de vous la recommander, si l'occasion vous est donnée de la visiter.

     Wim Wenders au Kunstpalast de Düsseldorf

     Claude Benoit-Gonin

    PS : l'exposition se termine le 16 août 2015

     

    Lien utile si vous êtes germanistes

     

    Partager via Gmail